Limoges 26° C
mercredi 24 juillet

Deux femmes pour deux flammes (supplément spécial J.O.)

07h00 - 01 mai 2024 - par Info Haute-Vienne
Deux femmes pour deux flammes (supplément spécial J.O.)
Sophie Vouzelaud a été surprise d'avoir été contactée, n'ayant pas candidaté pour porter la Flamme Paralympique

Jessica Marot et Sophie Vouzelaud porteront la flamme. L'une Olympique et l'autre Paralympique. Un grand honneur pour les deux femmes.

Un peu moins de 90 km les séparent. L'une est très connue, ayant été la 1re Dauphine de Miss France en 2007. L'autre vit davantage dans l'anonymat, travaillant actuellement dans le domaine du service à la personne. Pourtant une Flamme les réunit, et qu'importe qu'elle soit Olympique ou Paralympique. Une torche qui fait briller leurs yeux !

Une expérience forte

En 2024, 10 000 personnes (sur les 20 000 qui se sont inscrites) auront le privilège de porter la Flamme Olympique, partageant un message positif et plein d'enthousiasme : « Ça y est, les Jeux arrivent en France ! ». Qu'ils soient candidats, désignés par un jury, parrainés... tous auront en commun d'avoir été sélectionnés pour leur parcours de vie inspirant répondant à au moins l'une des trois énergies des Relais de la Flamme de Paris 2024 : l'énergie du sport, l'énergie des territoires, l'énergie du collectif, concernant ceux qui s'engagent pour une société plus solidaire, plus inclusive, plus durable, plus juste.

Tel est le cas de Jessica Marot, son ancien employeur à l'époque des candidatures étant la ressourcerie Maximum à Mailhac-sur-Benaize, un acteur incontournable de l'insertion professionnelle. « Je suis une maman solo qui vit à la campagne, à Saint-Sulpice-les-Feuilles. Porter la Flamme Olympique est une expérience forte. Je ne pensais pas avoir la chance de faire ça un jour. D'autant que je ne suis pas du tout sportive. Je vais m'entraîner pour ne pas avoir l'air ridicule. Je ne cours jamais. Et si je tombe ? D'ailleurs, je me suis déjà renseignée sur internet pour, entre autres, savoir si la flamme peut s'éteindre ! C'est beaucoup de pression : je vais représenter la France. J'appréhende un peu. Et si je n'étais pas à la hauteur ? Je me pose de nombreuses questions », s'interroge celle qui va parcourir 200 m dans un des départements voisins.

En France le 8 mai

Partie le 27 avril à bord du Belem du port du Pirée en Grèce, la Flamme Olympique arrivera en France le 8 mai et se déplacera lors d'un Relais collectif de 68 jours. Elle sillonnera 64 territoires dont 5 ultramarins et 65 villes étapes, soit plus de 400 communes traversées. Le Relais illuminera le patrimoine historique et culturel exceptionnel de la France, notre histoire, nos savoir-faire, nos traditions, ainsi que la création et l'excellence française. Le 26 juillet, elle allumera la vasque olympique lors de la cérémonie d'ouverture des J.O.

Une flamme sous la Manche

La Flamme Paralympique traversera la mer comme sa jumelle Olympique mais cette fois-ci via le Tunnel sous la Manche qui marquera le début d'un Relais mythique. 24 athlètes anglais entameront symboliquement la traversée du Tunnel et seront rejoints à mi-chemin entre le Royaume-Uni et la France par 24 athlètes français pour procéder à la passation de la Flamme le 25 août.

Pour ce « Relais des Éclaireurs », 1 000 porteurs de la Flamme ouvriront la voie de nouveau et raviveront la ferveur populaire avant l'ouverture des Jeux. Elle traversera 50 villes dans toutes les régions françaises, avant de lancer officiellement les Jeux Paralympiques le 28 août.

La Flamme Paralympique sera accueillie par la France pour la deuxième fois, après les Jeux Paralympiques d'hiver d'Albertville-Tignes (1992), dont Luc Sabatier, champion du monde en titre du 10 km catégorie B1 (non-voyant), a été le dernier relayeur.

Elle est allumée en Grande-Bretagne, à Stoke Mandeville, lieu symbolique des Jeux Paralympiques. Dans cette ville au nord de Londres, le neurologue allemand Sir Ludwig Guttmann organisa en 1948 une compétition sportive pour les vétérans de la Deuxième Guerre mondiale atteints à la moelle épinière afin d'accélérer leur rétablissement. En 1960, les 9es Jeux Internationaux de Stoke Mandeville se tiennent à Rome : ils sont considérés comme les premiers Jeux Paralympiques. Le premier Relais de la Flamme Paralympique s'est, quant à lui, déroulé en 1988 à Séoul.

Une porteuse de charme

À sa grande surprise, Sophie Vouzelaud, 1re dauphine de Miss France en 2007, a été contactée par le directeur des Jeux, qui lui a proposé de porter la Flamme Paralympique lors de son passage en Haute-Vienne. « Je n'avais pourtant pas candidaté, mais j'ai accepté avec grand plaisir. Le comité m'a indiqué que j'étais une source d'inspiration, ce qui me touche beaucoup, car depuis mon élection, j'ai mené de nombreux combats pour améliorer la vie des personnes sourdes et malentendantes, qui souffrent d'une déficience invisible, mais très lourde car elle isole énormément, et plus largement de tous les handicapés. Il y a tellement de choses à faire ».

Deux femmes pour deux flammes. Deux parcours avec un même impératif : se mettre « au service de... » et aider l'Autre au quotidien.

0 commentaires
Envoyer un commentaire