Limoges 7° C
mardi 05 mars

Léane Morceau vise les Jeux Paralympiques

09h00 - 17 mai 2023 - par Info Haute-Vienne
Léane Morceau vise les Jeux Paralympiques
Léane a été classée 4e au Championnat du monde en 2022

À 19 ans, Léane Morceau, étudiante à l'école de kiné de Limoges et souffrant d'une déficience visuelle, s'entraîne au CAPO avec des valides.

«C'est le rêve de tout sportif et ce serait un honneur pour moi de représenter la France en 2024 à Paris », lance Léane, atteinte d'une neuropathie optique de Leber, qui a été difficilement diagnostiquée lors de ses premiers symptômes à l'âge de 8 ans. La jeune étudiante en première année à l'IFMK de l'APSAH a une vision tubulaire comme à travers une paille.

Et pourtant Léane est rayonnante, solaire, belle comme le jour, avec un sourire communicatif. Bien avant l'apparition de sa maladie, alors qu'elle apprend à nager entre 5 et 6 ans, la fillette puis l'adolescente aime déjà l'eau. « L'été, j'étais dans un club aquatique et l'hiver, je pratiquais la natation synchronisée, le sauvetage sportif. J'ai toujours eu l'esprit compétitif et aimé la compétition », avoue-t-elle.

ÉTUDES DE KINÉ

À la suite du stage national des Jeunes A Potentiel (JAP), elle est contactée pour des journées de sélection afin d'intégrer le centre fédéral handisport (CFH) en 2020. Situé à Bordeaux, il est l'équivalent du Pôle France pour les sportifs valides. La Poitevine suit donc sa Terminale en section sport-étude avec un emploi du temps adapté. Après avoir obtenu son bac spécialités maths/physique/SVT, elle choisit Limoges. « J'ai toujours voulu exercer un métier dans le médical. Mais mon handicap a réduit mes possibilités. J'ai visité l'école de kiné et j'ai été convaincue. Je prépare ma première année en deux ans afin de mener à bien mon projet professionnel et sportif en vue des Jeux Paralympiques », explique Léane.

PRÉPARATION INTENSIVE

Licenciée au CAPO Limoges, elle s'entraîne, avec les valides, deux fois par jour, de 12 heures à 14 heures (de 6 heures à 8 heures le mercredi) et de 18 heures à 21 heures, en ajoutant des exercices de renforcement musculaire. Benoît Monpion et Candice Pereira, ses coachs, sont toujours à ses côtés, en apportant quelques « aménagements » pour, par exemple, lui faire sentir les équipements, les infrastructures par le toucher, ou en utilisant un « tapper », une sorte de canne à pêche pour la prévenir de la fin d'une ligne et amorcer le virage.

Pour l'heure, un seul objectif : se qualifier au Championnat du monde de para-natation du 31 juillet au 6 août à Manchester (Grande-Bretagne), en concourant en catégorie S12 (niveau de déficience visuelle) en nage papillon et dos, pour lesquelles elle a déjà été classée respectivement 5e et 4e au Monde en 2022.

Si elle finit sur la première ou deuxième marche du podium, elle sera pré-sélectionnée pour les Jeux. Si elle obtient la 3e ou 4e place, elle est au Rankings mondiaux 2023, et doit passer devant une commission.

Et Léane de conclure : « C'est ma première participation aux Jeux Paralympiques. Ça va être compliqué car en face, il y a de la concurrence avec des sportifs qui ont davantage d'années de pratique dans les bras. Mais je suis une battante et je veux y être ».

0 commentaires
Envoyer un commentaire