Limoges 7° C
jeudi 27 janvier

Les Cahiers Robert Margerit et la substantifique moelle

14h00 - 03 décembre 2021
Les Cahiers Robert Margerit et la substantifique moelle

Pas profilés " best-seller ", mais plutôt référencés comme un " must " en matière de revues littéraires, Les Cahiers Robert Margerit confirment avec leur numéro 25 cette élogieuse étiquette.

Signée Denis Edeline, la superbe illustration trônant en couverture du n° 25 des Cahiers Robert-Margerit vaut comme une invitation à découvrir 320 pages témoignant de la talentueuse vitalité des écrivains du cru et de la réactivité militante des contributeurs de cette revue littéraire de référence, éditée par les Amis de Robert Margerit, association cornaquée par Daniel Roncière, forte de plus de deux cents adhérents.

La Révolution décryptée
Mont-Dragon revisité

À tout seigneur, tout honneur : écrivain et journaliste 100 % limousin*, Robert Margerit a concentré la curiosité de Jean Péchenart, Yvette Chassagne, Marie-Dominique Périgord et Nicole Velche, appliqués à traquer le journaliste et chroniqueur littéraire qu'il fut au Populaire du Centre, tandis qu'André-Guy Couturier a ciblé le remarquable mémoire de Mathilde Harel dédié au colossal travail fictionnel plaqué par le « Dandy de Thias » sur la Révolution, développé sur 2 300 pages composant quatre volumes honorés en 1963 par un Grand Prix de l'Académie française.

Ces savantes « études margeritiennes » s'accompagnent d'une analyse pointue de Mont-Dragon, roman écrit en 1944 par Margerit et régulièrement réédité, décryptage signé par Vincent Teixeira, un universitaire français professant à Tokyo. De l'écrit à l'écran, il n'y avait qu'un tournage, conduit en 1970 par Jean Valère avec Jacques Brel dans le rôle de l'écuyer salement pervers imaginé par le lauréat du Prix Renaudot 1951 (pour Le Dieu nu) ; Margerit, Valère, Brel : du lourd ! Écrit et écran encore : venu présenter L'Homme de la cave en octobre à Limoges, le cinéaste Philippe le Guay ne s'est pas privé, en aparté, de mentionner Mont-Dragon parmi ses romans préférés.

Initiés dans les années 90 par Georges-Emmanuel Clancier, lesdits Cahiers ont pris du volume, s'ouvrant, par exemple, à des prosateurs adeptes du format court de la nouvelle (Florence Delaporte et Alain Galan) ou de l'essai (Jean-Guy Soumy).

Giraud,
Clément
et un panier bien garni

Docteur ès-argot, « écrivin de garde », ami de Doisneau, Monique Morelli, Fréhel, des frères Prévert et de tant d'autres chantres du Paris gouailleur, Robert Giraud, dit « Monsieur Bob », mit Paris en bouteille et les accros à la littérature dans sa poche ; natif de Nantiat, il aurait fêté ses cent ans le 21 novembre. L'illustre « architecte du paysage » Gilles Clément, lui, aurait aimé reconditionner la cathédrale Notre-Dame de Paris incendiée en... cathé-serre, un lieu de culte à ciel ouvert dédié à la nature exubérante (lire sa jubilatoire farce Notre-Dame-des-Plantes) : pour les Cahiers, il a ouvert son jardin secret et, bonus, signé un très beau texte...

Si Gilles Clément grandit à Oran, Bernard Sassi, quant à lui, largua son adolescence sur le piton d'Hazara, dans les montagnes paumées des Bibans, où il fut soldat-instituteur pendant deux années d'une guerre qui, par pudeur, coquetterie, ou par honte, ne voulait pas avouer son vrai nom ; sur quelques pages émouvantes, il exhume des souvenirs dédiés à Aïcha, une petite kabyle qui fut son élève.

Densité et variété au travers d'hommages à Jean-Pierre Thuillat par Alain Lacouchie, à Marcelle Delpastre et François Cheng par Marie-Paule Duquesnoy, à Louis Chadourne par Pascale Fricker-Faure, précédant un large panoramique sur une production littéraire au générique duquel voisinent Franck Bouysse (publié aux Etats-Unis, en Serbie et en... Iran), Antonin Varenne (décrypté par François Médéline), Max Eyrolle, Christian Viguié (Prix Mallarmé 2021), Jean Alambre, Marie-Françoise Greminger, Michel Peyramaure (cent ans le 30 janvier 2022), Sébastien Vidal, Jean-Luc Aubarbier, Christian Belingard, Nicolas Bouchard, Laurine Lavieille, l'Afroaméricain de La Rochefoucauld Eddy L. Harris, Yves Aubard, Paloma Leon, Christian Signol, et les disparus Denis Tillinac, Armand Gatti et... Marie Lafarge.

À la clé, un chaleureux « bienvenu » adressé à Aurélie Van Den Daele, la nouvelle patronne du Centre dramatique national de Limoges/Théâtre de L'Union, et un clin d'œil à la renaissante bibliothèque Simone-de-Beauvoir, à Saint-Germain-les-Belles.

*Un vrai Limousin : né à Brive le 25 janvier 1910, il a vécu à Isle et repose depuis juin 1988 à Guéret... Rédacteur en chef du Populaire du Centre de 1948 à 1952 au siège limougeaud du quotidien, il en assura ensuite le suivi littéraire tout en poursuivant une riche carrière d'écrivain.

Présentation des Cahiers Robert Margerit n° 25, le samedi 27 novembre à partir de 14 h 30, en compagnie d'auteurs, à la librairie Page & Plume à Limoges (contact@robert-margerit.com ; 05.55.05.08.77).

0 commentaires
Envoyer un commentaire