Limoges 21° C
lundi 26 juillet

Une centaine de tombes et deux ossuaires

10h00 - 10 mars 2021
Une centaine de tombes et deux ossuaires
Inhumations d'individus dans des coffrages de pierres(© Benoît Kirschenbilder, Inrap) - ©

Dans le cadre du projet de réaménagement de la place de la République, ainsi que des voies et places adjacentes au cœur de Limoges, l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) mène, sur prescription de l'État (Service régional de l'archéologie, Drac Nouvelle-Aquitaine - site de Limoges), une surveillance archéologique des travaux depuis juin 2018.

Sur la place Fournier, une fouille, commencée le 8 février dernier, se situe en bordure d'un des pôles urbains médiévaux entre la grande abbaye Saint-Martial au nord et la chapelle de la Courtine au sud-ouest.
On sait que dès le Xsiècle, l'abbaye s'entoure d'une fortification, sans doute un large fossé, qui s'agrandira par la suite pour intégrer la motte vicomtale implantée sur la place de la Motte. Ces fossés visibles en surface aujourd'hui sur la fouille, peuvent atteindre 20 m de large pour une profondeur de près de 5 m.

ABSIDIOLE

Une partie du chevet de l'abbatiale du Sauveur a aussi été découverte sous la forme d'une absidiole. Entre cette dernière et le mur d'enclos s'étend le cimetière. Certaines tombes sont « en pleine terre » (l'individu était enterré dans un linceul ou un cercueil de bois disparu), d'autres ont leurs parois doublées d'alignements de pierres.

Les squelettes sont dégagés minutieusement par les anthropologues. Après observations et prélèvements, les ossements feront l'objet d'une étude en laboratoire dans le but d'obtenir des informations sur la population inhumée, le sexe, l'âge des individus et éventuellement d'identifier des pathologies.

À ce jour, deux ossuaires ont été dégagés, ce sont de petits édifices maçonnés de plan carré.

0 commentaires
Envoyer un commentaire