Limoges 20° C
dimanche 19 mai

La Soule : à (re)découvrir le 26 octobre

07h00 - 16 octobre 2023 - par Info Haute-Vienne
La Soule : à (re)découvrir le 26 octobre
Richard Bohringer (notre photo) et Christophe Malavoy composent ce casting impeccable

Sollicitant les idées et les concours les plus divers, le Mondial de rugby a opportunément ravivé le souvenir d'une histoire portée à l'écran à la fin des années 80. C'est ainsi que la Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine (CDNA), réputée pour l'excellence de son travail de restauration, voire de sauvetage de films anciens, commerciaux et familiaux, s'est vue proposer de restaurer en 4K La Soule.

La Soule est le premier long métrage de Michel Sibra, tourné en 1998 à Beaumont-du-Périgord et Issigeac, à proximité de Bergerac, avec un solide casting composé de Richard Bohringer, Christophe Malavoy, Marianne Basler, Roland Blanche, Jean-François Stévenin, Jean-Pierre Sentier.

La restauration, l'étalonnage, la numérisation, ont été réalisées par Sébastien Beauplan et Juliette Swierczewski à Limoges dans l'atelier de la CDNA, ex-Cinémathèque du Limousin, judicieusement fondée en 2009 et dirigée par Marc Wilmart, ancien de France 3 Limousin-Poitou-Charentes et documentariste, efficacement épaulé par Patrick Malefond et une équipe parfaitement rodée aux techniques les plus pointues.

Sur fond historique les prémices du rugby

La Soule évoque les prémices du rugby au gré d'un drame historique dont l'origine se situe en Espagne, en 1813, lorsque la Grande armée napoléonienne est écrasée à la bataille de Victoria. Dans la débâcle, un lieutenant de Dragons, Pierre Cursey (Malavoy), se fait voler les chevaux de son unité par un sergent François Lemercier (Bohringer), lequel réussit à se volatiliser avec sa précieuse prise. Fait prisonnier par les patriotes espagnols, Cursey est expédié sur un ponton flottant. Malgré d'épouvantables conditions de détention, il survivra, accroché à l'idée de retrouver le traître et lui faire payer son inconduite et les sévices endurés.

Relâché deux ans plus tard à la chute de l'Empereur, ainsi qu'il se l'est promis, Cursey se lance à la recherche du sergent félon qu'il finira par retrouver dans un village de la Dordogne où il est cordonnier et capitaine et héros de l'équipe locale disputant un jeu extrêmement violent, nommé la soule. Plutôt que de solder leur différend au pistolet ou à l'épée, les deux hommes s'accorderont à s'opposer sur le pré, chacun à la tête d'équipiers respectifs.

Nommé aux Césars

Sortie en salles en France le 8 février 1989, La Soule, qui sera nommé au titre de César de la première œuvre, avait, à l'époque, fait l'objet d'une avant-première à Bergerac, assortie d'une visite dans les caves locales et d'un banquet auquel, le camarade Richard Bohringer avait apporté sa touche de fantaisie très personnelle.

Trente-quatre ans plus tard, l'idée, judicieuse, de sortir La Soule des soutes où il se languissait a été dopée par la tenue de la Coupe du monde de rugby en France. Encore fallait-il pouvoir le toiletter afin de montrer une copie impeccable. C'est là que l'expertise de la CDNA est entrée en jeu : transformation tentée et réussie.

À découvrir le jeudi 26 octobre à 20h30 au Grand Écran Centre, présenté par la CDNA. Cinémathèque : contact@cinemathequenouvelleaquitaine.fr

0 commentaires
Envoyer un commentaire