Limoges 14° C
jeudi 29 octobre

Galerie Thomas Delage : l'âge de la passion

12h00 - 01 septembre 2020
Galerie Thomas Delage : l'âge de la passion
Thomas Delage allie audace de la jeunesse et passion des antiquités - ©

(PUBLIREPORTAGE)

Quand la passion n'attend pas le nombre d'années... Âgé de 27 ans, Limougeaud appartenant à une famille bien connue de la cité porcelainière, Thomas Delage revendique son inclinaison anachronique pour les antiquités, pour ces témoignages d'un autre temps, d'une autre époque voire d'un autre millénaire.

« Depuis enfant, je suis passionné de tableaux et de beaux objets. Il y a six mois, j'ai eu envie de concrétiser ce qui n'aurait pu rester qu'un centre d'intérêt en amateur. Mais la crise sanitaire est venue interférer avec une collaboration qui devait se mettre en place avec un marchand. Aussi, je me suis dit que c'était l'occasion pour me lancer... même en solo. D'autant qu'après le Covid-19, les gens s'intéressent davantage à leur intérieur et ont revu leur rapport à l'hyper-consommation avec un retour au ''durable''. Et finalement, une antiquité est bien un objet à qui on offre plusieurs vies sans acheter du neuf... », explique Thomas Delage.

Située rue Jeanty-Sarre (anciennement le Huit-Sept), la boutique est conçue comme les galeries parisiennes : elle propose des mises en situation de mobilier du XVIIIe au XXe siècle et des objets de décoration (tableaux, vases...) afin de permettre aux visiteurs de mieux se projeter et une meilleure mise en valeur des petits trésors que le jeune homme trouvera au cours de ses chines.

Le XXe siècle occupe une place prépondérante, avec de belles pièces comme un secrétaire des années 60 d'un grand designer danois, une paire de fauteuils années 50 également en teck avec du tissu d'origine vert anglais...

Les aficionados se réjouiront enfin de quelques trouvailles en art asiatique et art nouveau (Gallé, Daum...).

Galerie Thomas Delage9 rue Jeanty-Sarre87 000 LimogesTel : 06.68.54.64.14Ouvert du mardi au samediPage Facebook, Instagram, Proantic

0 commentaires
Envoyer un commentaire