Limoges 17° C
samedi 24 septembre

Les villes actives et sportives réunies à Limoges

07h00 - 01 septembre 2022
Les villes actives et sportives réunies à Limoges
Les stands des partenaires de la manifestation

Quelque 180 des 288 villes actives et sportives nouvellement labellisées étaient réunies à Limoges pour recevoir leur gratification. L'occasion d'évoquer les actions concrètes à engager dans la perspective des Jeux Olympiques 2024 à Paris.

Après avoir reçu le 3e laurier du label ville active et sportive en 2019, la mairie de Limoges avait émis le souhait d'accueillir la prochaine cérémonie de remise des labels. « C'est une grande joie et une grande fierté pour nous de recevoir cet événement, car c'est une manière de montrer notre ville et le travail effectué pour développer l'activité sportive, et notamment le sport santé », confie Sylvie Rozette, adjointe au maire chargée des sports.

Pour tenter d'obtenir ce label, les communes doivent déposer un dossier complet décrivant toutes les installations ouvertes à la pratique sportive, le nombre d'équipes de haut niveau de la ville, mais également l'ensemble des animations en faveur du sport de masse. « La création d'un club de sport santé pour le personnel de la mairie a fortement contribué à cette labellisation », ajoute Sylvie Rozette, qui espère pouvoir rapidement postuler à l'obtention du 4e et dernier laurier.

Ce label est important pour les nouveaux habitants et parfois déterminant, pour certains, dans leur décision finale de choisir de venir s'installer à Limoges. Il est délivré par l'Association nationale des élus aux sports, structure forte de plus de 600 communes qui est devenue un interlocuteur de poids auprès des fédérations sportives et de l'État. « La France possède plus de 331 000 lieux de pratique sportive recensés, dont 80 % appartiennent aux communes et jusqu'à présent, nous n'avions pas notre mot à dire face à certaines décisions », déplore Patrick Appéré, le président du Conseil national des villes actives et sportives.

SOUTENIR LE SPORT

Les événements climatiques ou géopolitiques ont pourtant des conséquences sur les finances des communes. « Nous avons obtenu une dérogation pour surseoir à la vidange annuelle des piscines, afin d'économiser l'eau, et cet hiver, nous risquons de devoir prendre des décisions douloureuses pour l'utilisation de certains équipements sportifs à cause de l'envolée des coûts de l'énergie », prévient-il.

Si la pratique sportive constitue un enjeu de santé, la capacité de s'entraîner dans de bonnes conditions influe également sur la performance des athlètes français aux prochains JO organisés à domicile. C'est ce qu'est venue rappeler Astrid Guyart, ambassadrice de Paris JO 2024, invitant les collectivités à mettre leurs meilleurs équipements à disposition des sportifs français afin qu'ils soient dans les meilleures conditions pour ramener toutes les médailles espérées. Limoges est déjà assurée d'accueillir l'équipe de France de judo handisport.

Médaillée d'argent par équipes aux JO 2020 à Tokyo, A. Guyart a profité de cette cérémonie pour inciter les élus à baptiser leurs infrastructures sportives au nom d'athlètes féminines. « Seulement 0.74 % des équipements portent aujourd'hui le nom d'une championne. C'est une décision facile à prendre, car il ne sera pas nécessaire de débaptiser certains équipements, puisque 90 % d'entre eux ne sont pas nommés », explique-t-elle. Une mesure de plus pour inciter les jeunes filles à pratiquer un sport.

La ville de Limoges envisage d'ailleurs de baptiser la nouvelle la piste BMX du nom de Anne-Caroline Chausson, treize fois championne du monde de VTT, et le dojo de La Bastide devrait s'appeler dojo Fanny-Estelle Posvite, pour honorer notre championne de judo locale.

0 commentaires
Envoyer un commentaire