Limoges 6° C
jeudi 08 décembre

Le Théâtre de l'Union cultive sa diversité artistique

18h00 - 05 juillet 2022
Le Théâtre de l'Union cultive sa diversité artistique
Le ciel, la nuit et la fête (© Thierry Cantalupo)

Le Théâtre de l'Union a dévoilé une nouvelle saison très ambitieuse, composée de 27 spectacles dont 8 créations. Un programme riche et éclectique pour cultiver l'écosystème de création souhaité par la nouvelle direction artistique.

Aurélie Van Den Daele, la nouvelle directrice du Théâtre de l'Union, a concrétisé son souhait de se rapprocher du public du centre dramatique national du Limousin en dévoilant la nouvelle programmation lors de rendez-vous conviviaux autour d'une collation. Et pour souligner l'importance de chacune des composantes de cet « écosystème de création où différents espaces imbriqués se côtoient », elle a présenté ses équipes et précisé qu'il sera désormais possible de découvrir les métiers de l'ombre à travers des stages dans les ateliers de construction des décors, de la création sonore, de la lumière et des costumes. Une véritable invitation à « pousser les portes de la fabrique ».

La saison débutera le 24 septembre, avec l'accueil des Zébrures d'Automne en coopération avec les Francophonies de Limoges. Les deux spectacles présentés relèvent d'une commande à des autrices, poétesses et conteuses francophones. L'occasion pour Aurélie Van Den Daele de s'entourer de ces femmes « pour performer des textes courts, voués à être dits, déclamés, criés, visant à renouveler les imaginaires du vieux monde pour laisser place à une gigantesque fête de la sororité vers un nouveau possible ». Le second spectacle sera proposé par Guy Régis Junior, qui dans un doux chant poétique, questionne les familles haïtiennes disloquées fuyant vers un ailleurs meilleur.

La première création rendra hommage à Molière. Trois pièces du célèbre comédien français seront jouées, selon une rythmique bien orchestrée, avec la religion comme fil rouge. Dix-sept acteurs seront réunis sur le plateau pour décliner cette épopée moliéresque sous une forme à la fois joviale et subversive. « Le samedi 8 octobre, il sera même possible de voir l'intégrale de ces trois spectacles, lors d'une grande fête sur la journée », prévient Laurent Lalanne, le directeur délégué.

MARIONNETTES MESSAGÈRES

Le Théâtre de l'Union a amélioré l'accessibilité de ses spectacles et le démontre en proposant Les aveugles, une expérience immersive et déroutante par la réalité virtuelle qui fera plonger dans un univers brut et poétique, douze invités par séance.

La nouvelle direction a également veillé au respect de la parité, puisque la saison rassemblera 79 interprètes féminines pour 71 hommes. Elle a également accordé la même dotation à tous ses invités. Parmi eux, Alice Laloy, qui a eu carte blanche pour créer À poils, une rencontre insolite entre des ours mal léchés et de jeunes enfants, un conte, accessible dès 5 ans, à partager en famille dans un cocon bien hirsute !

L'une des curiosités de cette saison sera la performance de Vanasay Khamphommala. Avec Je viens chanter chez toi toute nue en échange d'un repas, l'artiste propose de renouer avec l'humain et le vivant, dans la plus grande simplicité. Accompagnée de son ukulélé, Vanasay Khamphommala chantera la chanson choisie par le spectateur.

En avril, Pierre Pradinas sera de retour dans ce théâtre qu'il a dirigé durant douze ans avec un enchaînement de pièces courtes chargées de rire, de raillerie cruelle et de beaucoup de tendresse tirées des Farces et Nouvelles de Tchekhov.

Le Théâtre de l'Union proposera ensuite un spectacle de marionnettes... réservé aux adultes. Le parti pris scénique de Johanny Bert est d'utiliser une marionnette qui a toutes les identités, qui est aussi glamour que virile, aussi crue que pudique, aussi drôle qu'insolente pour interroger sur l'homophobie en transgressant les codes du vieux monde.

La saison s'achèvera avec deux prestations chorégraphiques. L'après-midi d'un foehn dans laquelle Phia Ménard danse autour d'une quarantaine de sacs plastique s'agitant avec la vivacité de feux follets, et Vortex, un ballet aérien de tissu, révélant un personnage face à ses propres mues.

En juin, Jérôme Bel sera chargé de clore la saison par un gala férocement divertissant et profondément radical dont les maîtres-mots seront le vivre-ensemble, la mixité et la célébration des arts puisqu'il sera partagé avec des volontaires désireux d'envisager la danse autrement.

Programme complet sur www.theatre-union.fr

0 commentaires
Envoyer un commentaire