Limoges 17° C
samedi 24 septembre

Opéra de Limoges : une saison éclectique ambitieuse

18h00 - 14 juin 2022
Opéra de Limoges : une saison éclectique ambitieuse
La Sonnambula met à l'honneur un duo de femmes à sa direction

La nouvelle saison de l'Opéra de Limoges coïncide parfaitement avec l'envie d'explorer de multiples territoires à l'esthétique très diversifiée. Une voie novatrice, symbolisée par l'adoption d'un logo relooké et l'arrivée d'une nouvelle tête musicale.

Après avoir symbolisé la multiplicité des propositions et la diversité de sa programmation par un nouveau logo en forme de polygone en remplacement du cercle représentant le lustre du foyer, l'Opéra de Limoges poursuit sa mue en renouvelant sa tête musicale.

En effet, au terme de neuf saisons à la tête de l'orchestre de l'Opéra, Robert Tuohy cède son siège à Pavel Baleff, qui, depuis 2007, dirigeait la Philharmonie de Baden-Baden. Changement également du chef de chœur, poste occupé ces trois dernières saisons par Edward Ananian-Cooper, remplacé par Arlinda Roux-Majollari, qui a notamment dirigé le chœur de Radio France.

Cette nouvelle saison met à l'honneur quelques productions de l'Opéra de Limoges dont la présentation au public a été repoussée à cause des divers confinements. La première sera La Princesse jaune et autres fantasmes, un opéra-comique en un acte d'Alexandra Lacroix qui évoque la vision de l'ailleurs par les sociétés occidentales. Autre production reportée : La Dame Blanche, opéra-comique également, mis en scène par Pauline Bureau, qui propose d'explorer le romantisme gothique d'une apparition emblématique.

En mars, l'Opéra de Limoges présentera une version de Faust sans le ballet de la Nuit de Walpurgis. « Nous avons souhaité confier cet opéra à deux artistes du territoire, le ténor Julien Dran et la soprano Amina Edris. Cette artiste n'est pas une inconnue, puisqu'elle avait émerveillé le public limougeaud, l'an dernier, dans la Traviata », détaille Alain Mercier, le directeur général, ravi d'annoncer la présentation, en avril, de La Sonnambula, l'une des plus belles pages lyriques du romantisme italien composé par Vincenzo Bellini et mis en scène par Francesca Lattuada.

La saison d'opéras s'achèvera avec Cendrillon, dans une mise en scène cocasse et fantaisiste du conte de Perrault par Ezio Toffolutti et Ambra Sénator.

Nouvelle génération

Pavel Baleff, le nouveau chef d'orchestre de l'Opéra de Limoges, proposera de partir à la reconquête du public avec un florilège de grandes œuvres du répertoire, mais aussi de jolies découvertes à l'occasion des cinq concerts programmés cette saison.

Les amoureux de piano vont également se régaler à travers l'espace d'expression offert à la nouvelle génération, à l'image du jeune prodige Jonathan Fournel qui se produira lors d'un concert classique et romantique consacré aux œuvres de P. Vladiguerov, F. Chopin et J. Haydn, sous la direction de P. Baleff.

L'ouverture de l'Opéra de Limoges se traduit par l'accueil des Zébrures d'Automne des Francophonies, et du 17e Festival Éclats d'Émail ou d'after électro, à 18 h 30 proposés par la fédération Hiero de Limoges. Alain Mercier est également heureux de présenter Lily Passion, le théâtre musical écrit et composé par Barbara et interprété par les musiciens de la chanteuse. Ce spectacle, en collaboration avec le service culturel de l'université de Limoges, permettra de faire participer des étudiants.

La programmation de cette nouvelle saison s'adresse, non seulement à toute la famille, mais elle donne aussi l'occasion d'inviter les Limougeauds à observer le travail de l'orchestre à la pause méridienne.

Carte opéra

L'Opéra renoue également avec sa politique tarifaire habituelle, dont les prix s'échelonnent de 5 à 65 €, avec un tarif réduit unique à 10 € accordé notamment aux étudiants et bénéficiaires des minima sociaux.

« Nous avons également créé une carte opéra qui remplace les abonnements et offre une réduction de 20 % sur tous les spectacles. Vendue 20 €, elle est rapidement rentabilisée », prévient Alain Mercier. Autant de bonnes raisons pour inciter les spectateurs à revenir à l'Opéra, car son directeur n'a pas caché que le spectacle vivant était à la peine en cette période tourmentée, rappelant que 60 % du budget de l'Opéra est composé des recettes des entrées. « Il faut réapprendre à faire l'effort de se déplacer pour venir voir nos artistes et retrouver les émotions procurées par le spectacle vivant », a-t-il conclu.

Programme complet : www.operalimoges.fr

0 commentaires
Envoyer un commentaire