Limoges 29° C
dimanche 13 juin

Timothée Johnson

08h40 - 24 mars 2021
Timothée Johnson
Le nouveau président a lancé un plan d'urgence pour aider les clubs - ©

Elu le 6 mars dernier après un premier scrutin invalidé, Timothée Johnson s'installe aux commandes du district de foot de la Haute-Vienne dans un contexte difficile.

Timothée Johnson, qui êtes-vous ?

Je suis âgé de 48 ans. J'ai été arbitre du district pendant une dizaine d'années. En 2004, je suis entré à la commission d'appel de la ligue de football du Centre-Ouest comme juriste et j'en suis devenu le président en 2019. Et, le 6 mars dernier, les clubs de la Haute-Vienne ont estimé que je pouvais présider aux destinées de notre football départemental. Dirigeant à la JA Isle, j'ai démarré le football vers 14 ans, mais je me suis très rapidement orienté vers l'arbitrage. Cette fonction a été pour moi une véritable école de la vie, car tenir le sifflet au milieu du terrain face à 22 joueurs a été une expérience très enrichissante.

Quelles sont vos premières décisions à la tête du district ?

Comme nous l'avions promis pendant la campagne, nous avons mis en œuvre un plan d'urgence pour soutenir nos clubs. Nous avons commencé par créer une conférence des présidents de club qui a tenu sa première réunion le 12 mars. Il s'agit d'un forum permanent de dialogue entre les présidents et le district de football de la Haute-Vienne. Si cette année venait à être déclarée blanche par notre fédération, nous avons décidé de rembourser les frais d'engagement dans les compétitions qui ont été payés par les clubs. Nous étudions également la situation financière de chaque club afin de détecter ceux qui seraient en grande difficulté, car nous n'en abandonnerons aucun. Cela va nous permettre de personnaliser notre accompagnement pour qu'il soit pertinent et efficace. Nous allons également proposer, si les conditions sanitaires sont favorables, d'organiser un mini championnat pour les jeunes afin d'offrir aux clubs l'occasion de renouer le lien social sur et autour des terrains. Nous allons aussi veiller à ce que les clubs ne soient pas en infraction avec le statut de l'arbitrage.

Allez-vous pouvoir financer ces mesures ?

Bien entendu, ces décisions tiendront compte de la situation financière du district. Afin d'avoir une vision claire de l'état de nos finances, nous allons commander un audit à un cabinet externe. C'est une démarche normale lorsqu'une nouvelle équipe s'installe à la tête d'une structure.

Ne craignez-vous pas que la tension autour des conditions de votre élection soit un handicap ?

Nous sommes ici par la volonté des clubs et dans un esprit d'ouverture par rapport à tous les amoureux du football, à l'ancienne équipe, mais aussi aux plus anciens qui ont su nous faire partager leur expérience. Il n'y aura donc pas de chasse aux sorcières. Et nous espérons que toutes les bonnes volontés souhaitant participer au développement du football dans notre département nous rejoindront pour que l'on puisse travailler ensemble.

Allez-vous accorder une attention particulière à l'arbitrage ?

Ma doctrine a toujours été de protéger les arbitres. Dans mes décisions, j'ai toujours appliqué la plus grande sévérité à l'encontre de toute agression envers un arbitre. Mais, désormais, je souhaite aussi promouvoir l'arbitrage pour recruter, former et fidéliser les nouveaux hommes en noir.

Croyez-vous encore en la reprise du championnat amateur ?

Ma conviction profonde aujourd'hui est que c'est une gageure de dire que le championnat va reprendre. Je l'ai pourtant beaucoup espéré, mais le calendrier est à mon sens trop avancé pour que l'on puisse reprendre le championnat là où il s'est arrêté. Il est, en revanche, primordial que les clubs puissent retisser le lien social et retrouver de la convivialité avec leurs licenciés. Si la situation sanitaire le permet, nous les aiderons à organiser des tournois.

0 commentaires
Envoyer un commentaire