Limoges 14° C
dimanche 16 mai

A Roland Garros, deux jeunes Panazolais ont décroché leur Graal

15h00 - 26 mars 2021
A Roland Garros, deux jeunes Panazolais ont décroché leur Graal
Célia a conservé quelques balles officielles - ©

Quel que soit leur niveau, les tennismen amateurs rêvent tous un jour de pouvoir défier leurs idoles sur les courts de Roland Garros. C'est aussi le cas de deux joueurs panazolais, qui, en septembre dernier, ont foulé la célèbre terre battue ocre... pour ramasser les balles du tournoi.

Pour Alex Laroudie, la seconde tentative aura été la bonne. Huit ans après avoir donné ses premiers coups de raquette, le jeune joueur a décroché une place de ramasseur de balles au prestigieux tournoi de Roland Garros. « Dans la section tennis du collège Léon Blum, quelques élèves se sont vus proposer une formation de ramasseur de balles pour l'Open BLS de tennis féminin de Limoges. Fort de cette expérience durant trois ans, j'ai décidé de postuler aux sélections du tournoi de Roland Garros. Et l'an dernier, j'ai figuré parmi les 200 candidats invités à participer à un premier stage régional. J'ai ensuite eu la joie d'apprendre que je serai l'un des 250 ramasseurs de balles du tournoi », explique-t-il calmement.

RESTER CONCENTRÉ

Pour obtenir ce privilège, il faut afficher un bon niveau scolaire et réussir les différents tests sportifs, mais également faire preuve de solidarité avec ses camarades et surtout d'une grande rigueur. Pas question, en effet, importuner les meilleurs joueurs mondiaux que l'on peut facilement croiser dans les couloirs de Roland Garros. « Il faut savoir lire le jeu et être un bon sportif car cette activité est beaucoup plus physique qu'elle n'y paraît. Il faut également savoir rester très concentré durant toute notre prestation », prévient-il.

Alex n'a pas découvert le temple du tennis français à cette occasion, car il y était déjà allé à deux reprises avec son collège. « En revanche, beaucoup de choses ont changé, le toit est notamment très impressionnant », confie le jeune homme qui est revenu avec de superbes souvenirs, d'autant qu'il a officié sur le court central lors de la finale entre Rafael Nadal et Novak Djokovic.

FORMIDABLES SOUVENIRS

« C'était un moment vraiment magique et une très belle récompense d'avoir pu passer des balles aux deux plus grands joueurs mondiaux. La plupart d'entre eux ont été très polis avec nous », se souvient-il. Alex Laroudie n'est pas arrivé en finale par hasard, mais a obtenu cette place grâce aux bons points accumulés au long des trois semaines du tournoi. « Nous étions notamment notés sur la qualité de nos roulés de balles entre les ramasseurs, notre rapidité et notre réactivité », avoue-t-il, en feuilletant un album photos constitué par ses parents à partir de captures d'écran des matchs retransmis à la télévision.

COURIR AVEC LE MASQUE

Célia Malhieu a également opéré en finale, mais celle des juniors. Même si les conditions sanitaires ont compliqué la tâche des ramasseurs, obligés de conserver le masque, y compris lorsqu'ils couraient chercher les balles, elle aussi ramène de merveilleux souvenirs de son séjour à Roland Garros. « Nous avons aussi pu garder les trois tenues officielles fournies au début de la compétition », lance-t-elle fièrement.

Malgré la fatigue liée aux tensions mentales et physiques, les ramasseurs échangeaient leurs impressions sur les matchs lors des pauses ou pendant les repas. La jeune joueuse espère tirer parti de cette formidable expérience, confessant que « c'était très enrichissant de pouvoir admirer la technique de ces grands joueurs en étant placé au plus près d'eux ».

0 commentaires
Envoyer un commentaire