Limoges 26° C
mercredi 24 juillet

« Nous attendons 20 000 visiteurs » (dossier Lire à Limoges)

07h00 - 13 juin 2024 - par Propos recueillis  par A.-M. M.
« Nous attendons 20 000 visiteurs » (dossier Lire à Limoges)
« La lecture est synonyme d'évasion et d'apprentissage »

Avec 60 auteurs supplémentaires et de nombreuses animations pour tous les publics, l'édition 2024 de Lire à Limoges s'annonce sous de bons auspices. Entretien avec Muriel Jasniak-Laskar, conseillère municipale déléguée à l'organisation de la manifestation.

Quelque 210 auteurs seront présents cette année alors qu'ils n'étaient que 150 l'an passé. Comment expliquez-vous cette augmentation ?

En 2023, Lire à Limoges a eu lieu pour la première fois à la patinoire : nous avons été un peu freinés par les services de sécurité qui ne parvenaient pas à bien évaluer la jauge, qu'ils ont revue à la hausse pour cette année.

Les services techniques ont d'ailleurs « relooké » la patinoire, où les gradins vont être masqués. Elle accueillera une exposition de photos d'archives des éditions passées, des événements marquants, des affiches anciennes - nous avons ainsi retrouvé la première affiche quand Lire à Limoges avait lieu au centre municipal de Beaubreuil.

À l'extérieur, un village de food-trucks permettra aux visiteurs de se restaurer, de se poser dans un salon en plein air, dans une ambiance conviviale.

Combien d'auteurs régionaux participeront à cette édition ?

À la patinoire, nous aurons deux pôles. Le premier réunira une trentaine d'auteurs publiés par 10 maisons d'édition régionales sur des stands individuels, qui leur assureront une bonne visibilité. D'autres maisons d'édition régionales seront situées dans l'espace littérature générale avec des auteurs comme Laurent Bourdelas, Franck Bouysse, Vincent Brousse, Agnès Clancier, Béatrice Castaner... soit en totalité près de 45 auteurs régionaux.

Selon vous, davantage d'auteurs vont-ils attirer davantage de visiteurs ?

J'espère ! L'an passé, nous avons accueilli entre 16 000 à 17 000 visiteurs et nous espérons dépasser les 20 000, avec un public nouveau grâce aux thèmes des conférences, que nous avons axés avec l'agence littéraire Les Belles Pages sur les phénomènes de société.

Justement, quels sont-ils ?

On retrouve des thématiques liées à l'histoire, à la géopolitique au Moyen-Orient, en Europe centrale, en Afrique du Nord, aux souffrances psychologiques chez les jeunes, aux secrets dans les familles, aux violences intrafamiliales, aux agressions des enfants, à la banlieue... Sans oublier un côté plus ludique avec les Jeux Olympiques.

Le président est Sorj Chalandon. C'est un grand nom multiprimé de la littérature française...

La présidence de Sorj Chalandon est placée sous le signe de l'actualité, ayant été journaliste à Libération et aujourd'hui au Canard Enchaîné. D'ailleurs, nombre de journalistes participent à cette édition. Il a reçu le Prix Albert-Londres. C'est un humaniste. L'enragé, son dernier livre, est l'un des plus vendus cette année (N.D.L.R. : il s'en est déjà écoulé près de 151 000 exemplaires).

Que représente, pour vous, la lecture à l'heure du tout-écran ?

La lecture est synonyme d'évasion et d'apprentissage. Personnellement, j'aime lire pour faire la rupture entre cette société du tout-numérique, où on est ultra-sollicité dans la journée, et le sommeil. La lecture, ce sont également les vacances... Et en effet, on vit 1 000 vies (cf. le slogan « J'ai vécu 1 000 vies parce que je lis ») à travers des héros, des paysages, des romanciers qui nous transportent. La lecture a aussi une vocation pédagogique : on apprend tant en lisant...

La lecture offre-t-elle une hauteur d'esprit pour développer le sens critique et la réflexion ?

Oui, d'ailleurs, nous inaugurons les ateliers avec une masterclasse sur les fake news, animée par le philosophe Gilles Vervisch, qui s'adresse de façon privilégiée à la jeunesse. La présence de plusieurs journalistes n'est pas « innocente » car ils restent des vecteurs de rappel à la réalité.

0 commentaires
Envoyer un commentaire