Limoges 8° C
mardi 29 novembre

Marion Jude, ambassadrice du billard féminin

07h00 - 24 novembre 2022
Marion Jude, ambassadrice du billard féminin
Le club Legrand dispose d'une des plus belles salles du département

Sacrée récemment championne du monde, Marion Jude, licenciée du billard club Legrand, offre un beau coup de projecteur sur une discipline qui perd en visibilité depuis que la plupart des billards ont disparu des salles de nos cafés.

En octobre dernier, Marion Jude s'est hissée sur le toit du monde dans une discipline qui ne compte que 8 % de femmes. La jeune joueuse fait la fierté du billard club Legrand de Limoges, mais sa réussite intéresse également la Fédération française de billard, car elle illustre ses deux secteurs de développement.

Marion Jude a découvert le billard en 2011, avec son père et son frère, déjà licenciés au club. « J'ai déposé mon fils à l'école de billard en allant faire quelques courses avec Marion, mais Clément Goudin, notre formateur, l'a invitée à essayer et elle est restée », se souvient Christophe Jude, le papa. « J'ai d'abord aimé l'aspect ludique de cette nouvelle activité, puis j'ai rapidement pris goût à la dimension stratégique d'une partie qui est toujours différente de la précédente », avoue Marion.

Car, il en va du billard comme des échecs, il vaut mieux anticiper le coup d'après. Comme il est assez rare de pouvoir empocher les 8 billes dès le premier tour et remporter la partie, il faut essayer de compliquer la visite de l'adversaire, en plaçant la bille de choc dans une zone stratégique. Si le billard est accessible à tous et peut se limiter à une pratique de loisirs, lorsqu'on se lance dans la compétition, il est préférable de maîtriser les divers effets que l'on peut appliquer au procédé (la rondelle de cuir à l'extrémité de la queue) pour envoyer la bille dans la direction voulue.

PRATIQUE RÉGULIÈRE

En plus d'une école, qui forme les jeunes à partir de 10 ans, le billard club Legrand rassemble trois équipes, deux au niveau régional et une en N1, le plus haut niveau français. « Nous sommes un club multidisciplines, du billard français au snooker. Nous comptons actuellement 32 licenciés, dont les trois quarts pratiquent le billard anglais. Nos effectifs sont stables, car nous devons veiller à une stricte parité entre les licenciés extérieurs et les salariés de Legrand, puisque nous dépendons de son comité d'entreprise », précise Jean-Louis Michaud, le président, qui cherche à recruter de nouveaux licenciés chez Legrand. Pour faire découvrir l'activité, le club va installer des billards mobiles dans divers endroits de l'entreprise. « Les billards que nous avons ici ne se déplacent pas facilement, car la table est composée d'une plaque d'ardoise. Certains peuvent peser jusqu'à une tonne », ajoute Christophe Jude, retraité de Legrand. Marion a testé les différents billards proposés par le club, mais c'est l'anglais sur lequel elle s'épanouit. À force d'entraînements, de compétitions, régionales, nationales et internationales, elle est devenue la meilleure joueuse française et a même réussi à devenir la première master femme. « Je m'entraîne entre 10 et 15 heures par semaine. Cela ne se résume pas qu'au jeu, même si c'est l'aspect le plus agréable. Il faut aussi répéter ses gammes, réviser les techniques fondamentales comme la prise de visée ou la position à adopter en fonction du tir. Il faut aussi travailler la concentration, car en compétition, le délai de réflexion n'est que de 45 secondes avant un tir », explique-t-elle.

Cette réussite, elle la doit aussi au soutien apporté par tout le club et à Clément, son entraîneur, devenu son coach. Consciente qu'il y a très peu de joueurs professionnels dans la discipline, Marion poursuit actuellement ses études à Toulouse, mais joue régulièrement dans une salle commerciale proche de son appartement. « C'est selon moi, une bonne manière de recruter de nouveaux joueurs, car ils s'arrêtent souvent de jouer pour nous regarder et viennent ensuite nous interroger ».

0 commentaires
Envoyer un commentaire