Limoges 7° C
mercredi 01 février

Chauffage réglé trop bas : attention à votre santé mentale (dossier spécial santé)

07h00 - 26 novembre 2022
Chauffage réglé trop bas : attention à votre santé mentale (dossier spécial santé)
Des températures trop basses pourraient être responsables d'une « détresse mentale grave » (© Paolese/AdobeStock)

Selon une étude, vivre dans un environnement intérieur trop froid pourrait porter préjudice à sa santé mentale.

Pour éviter les pénuries de gaz ou d'électricité cet hiver, le gouvernement recommande aux Français de limiter le chauffage à 19 degrés. L'Agence de la transition écologique recommande de mettre la température sur 17 degrés dans la chambre à coucher et entre 19 et 21 degrés dans les autres pièces de vie de la maison.

Mais, ces températures peuvent-elles mettre en danger notre santé mentale ? Selon une étude britannique publiée dans la revue ScienceDirect, vivre dans un intérieur où il fait trop froid pourrait impacter la santé mentale.

Stress Inconfort

Précisément, des températures trop basses seraient responsables d'une « détresse mentale grave ». Selon les autrices, ceux qui vivent dans des environnements froids auraient un risque de développer une détresse mentale grave même s'ils n'ont pas d'antécédents. Et le risque triple pour ceux avec des antécédents. Cette étude a été menée auprès de 100 000 personnes.

Comment expliquer cette corrélation ? Pour les autrices de ces conclusions, plusieurs raisons peuvent expliquer l'impact sur la santé mentale. À commencer par le fait de ne plus percevoir son environnement comme un cocon rassurant : « Pour beaucoup, les coûts de chauffage sont une source de stress et de pression financière. Le fait de ne pas pouvoir chauffer confortablement sa maison et sa famille réduit le sentiment de contrôle sur son environnement ».

Les autrices de cette étude pointent également d'autres explications : « Il existe cependant un certain nombre de liens de causalité potentiels entre les foyers froids et la santé mentale indiqués dans la littérature existante : stress associé au froid ou à des difficultés financières, réduction des avantages psychosociaux du foyer y compris des sentiments réduits d'autonomie et de contrôle sur l'environnement, des effets sur la vie sociale/l'isolement et des effets sur le sommeil ». Et d'ajouter : « La nécessité d'augmenter les dépenses de chauffage par temps froid (plus froid) peut être une source importante de pression financière. La pression financière est préjudiciable à la santé ».

Le ministre de la Santé souligne que « malgré le réchauffement climatique, l'impact du froid ne devrait pas diminuer en France. Des mesures de prévention sont donc nécessaires pour protéger la santé de la population ».

0 commentaires
Envoyer un commentaire