Limoges 20° C
vendredi 21 juin

Quinze combats amateurs de boxe anglaise

18h55 - 22 mai 2024 - par Info Haute-Vienne
Quinze combats amateurs de boxe anglaise
Léa de Oliveira est championne de Nouvelle-Aquitaine

Le 25 mai à partir de 19h, le Boxing Club du Val-de-l'Aurence organise son gala, à la salle des Soeurs-de-la-Rivière à Limoges.

C'est un moment fort dans la vie du Boxing Club du Val-de-l'Aurence après 6 années sans gala et la délicate et longue traversée de la pandémie. Pour cette soirée exceptionnelle, quinze combats de boxe anglaise sont programmés avec deux combats féminins. Les amateurs vont ainsi pouvoir s'exprimer sur le ring, dont une championne de Nouvelle-Aquitaine.

« Situé dans un quartier prioritaire, notre club a une vocation éminemment sociale, avec une devise qui est celle de tout boxeur : combativité, respect, humilité. Un jeune du quartier dans notre salle, c'est une parcelle d'espoir qui renaît à une époque où le vivre-ensemble est souvent mis à mal », expliquent les responsables.

Des débuts poussifs

Que de chemin parcouru depuis le 3 mars 1996, date de la création officielle du Boxing-Club du Val-de-l'Aurence ! Ce qui n'était au départ qu'une petite association de quartier, est devenu, en effet, au fil des ans, grâce à Mme Cheype et M. Nouhaud, un club de boxe reconnu. C'est au cœur d'un quartier, dit « populaire » et réputé « difficile », que la boxe anglaise a trouvé sa place.

Bien évidemment, les débuts furent poussifs avec une dizaine de jeunes et beaucoup d'obstacles à franchir. Quatre ans après, le service des sports de la mairie de Limoges rachetait les anciens bâtiments EDF. Le club disposait enfin d'un véritable outil, digne de l'enjeu et surtout des objectifs ambitieux qu'il s'était fixés alors. Il quittait sa maison de quartier pour intégrer de nouveaux locaux, plus spacieux et mieux adaptés.

Une école de la vie

Et pour quoi faire ? Tout d'abord, initier les plus jeunes du quartier à une pratique raisonnée de la boxe éducative. Une école de la vie, en quelque sorte, où les maîtres-mots sont et demeurent : contrôle de soi, respect des règles et de l'adversaire, à l'occasion d'une chorégraphie qui peut parfois transformer un duel en duo.

La suite ? Le club en est fier. Il s'agit de l'organisation de galas de boxe, qui représente toujours beaucoup de travail, mais chacun le sait, cette vitrine est indispensable pour un club de quartier. La salle municipale des Sœurs-de-la-Rivière, où résonnent encore les clameurs de la foule d'antan, celle qui venait voir ses champions, continue d'accueillir, chaque année, les manifestations du club.

Briser la gangue

Les jeunes du club participent également aux différentes compétitions départementales et régionales. Avec un champion de France, Dieudonné Belinga, une myriade de boxeurs talentueux qui ont pour noms : Tindani, Gobrini, Belarbi... et des présidents dévoués et efficaces : Yvette Delage, Henri Brumeau, Mehdi Oucherif, Sylvain Peyrat, Patricia Kotni et aujourd'hui, Franck Peyrot, le club a su, selon l'expression consacrée et de circonstance, relever le gant, « ici dans ce quartier, avec l'impérieuse nécessité de replacer l'humain au centre de chacune de ses préoccupations, tiennent à préciser les organisateurs du gala. Si la boxe éducative est avant tout une école de la vie, elle a besoin de toutes les bonnes volontés pour briser la gangue qui enserre parfois ce quartier et ses habitants, à l'image d'un tissu scléreux qui enveloppe un organe sain. Plus que jamais, les bénévoles et licencié(e)s du club l'ont bien compris : « Ce n'est pas le chemin qui est difficile, c'est la difficulté qui est le chemin » *

*(Sören Kierkegaard)

Renseignements :

06.26.14.61.53.

Tarif unique : 10€.

0 commentaires
Envoyer un commentaire