Limoges 24° C
lundi 17 juin

Diversité des filières bio en Nouvelle-Aquitaine (Dossier bio/environnement)

07h00 - 24 novembre 2023 - par Info Haute-Vienne
Diversité des filières bio en Nouvelle-Aquitaine (Dossier bio/environnement)

Quelque 8 % des grandes cultures cultivées en Nouvelle-Aquitaine sont conduites en agriculture biologique.

En 2023, la filière fait face à des problématiques de débouchés. Les stocks étant très importants, les collecteurs s'attachent à rationaliser les coûts de stockage. Les opportunités à l'export, bien que présentes, restent incertaines sur la durée. Dans ce contexte, les opérateurs s'organisent aujourd'hui pour valoriser un maximum les volumes contractualisés. Les acteurs de la filière préconisent de s'assurer des débouchés avant de semer, avec un engagement pluriannuel.

Viticulture

Malgré une érosion générale de la consommation de vin et des produits bio, la vente de vin bio progresse. Si les ventes en GMS (grandes et moyennes surfaces) et magasins spécialisés bio ont reculé, la moitié (en valeur) s'effectue en vente directe, avec une augmentation depuis 2021. Les volumes vendus en RHD ont progressé de + 13 % en 2022.

En 2023, les transactions sur le vrac de Bordeaux bio accusent un retard inquiétant, puisque la moitié des volumes disponibles seraient encore dans les chais. Si le vrac est un marché rarement rémunérateur, il n'en reste pas moins une variable d'ajustement essentielle pour les trésoreries viticoles. Le niveau de récolte de 2023 et les capacités de stockage des différents acteurs de la filière seront déterminants pour la campagne 2023/2024.

Légumes

En 2021 et 2022, la filière fruits et légumes dans son ensemble (bio et conventionnelle) a diminué, pour retrouver en bio son niveau de 2019. Cette baisse touche l'ensemble des circuits de distribution à l'exception de la vente directe. Sur les deux premiers trimestres 2023 est constatée une reprise des ventes en magasins spécialisés bio. La hausse des prix des fruits et légumes conventionnels a rendu les produits bio attractifs en réduisant l'écart.

L'un des atouts du marché bio est la diversité des circuits de distribution qui permet d'adapter sa commercialisation à ses capacités de production.

Fruits

Comme pour les légumes, les circuits de distribution ont enregistré une baisse des ventes, à l'exception de la vente directe. 2023 est marquée par une reprise des ventes en magasins spécialisés bio. L'année 2023 sera décisive car les productions 2021 et 2022 ayant été fortement impactées par les aléas climatiques (sécheresse, gel et grêle), les volumes étaient inférieurs aux capacités de production, notamment en prune et pomme. La production 2023 sera plus importante avec de forts enjeux commerciaux. Bien prendre contact avec les metteurs en marché pour s'assurer de débouchés commerciaux.

À noter : des besoins identifiés pour la transformation (pommes, fruits rouges, fruits à noyau) et l'émergence de nouvelles filières (ex. : noisettes, pêches, abricots, amandes, olives).

Élevage

L'augmentation des prix des matières premières, les épisodes climatiques extrêmes de plus en plus fréquents et la baisse de consommation placent la problématique de l'autonomie alimentaire et des débouchés au cœur des préoccupations des éleveurs. Pour s'adapter, ils travaillent la diversité des ressources fourragères et des valorisations.

Quant au cheptel, les poulets de chair et les vaches allaitantes sont les deux « mauvais élèves » avec 95 % de part non bio, suivis de très près par les chèvres et les brebis (94 %).

Culture en bio en Nouvelle-Aquitaine 15% des vignes 18% des légumes 17% des fruits frais

0 commentaires
Envoyer un commentaire