Limoges 9° C
jeudi 29 février

Glyphosate : c'est reparti pour dix ans !

16h50 - 21 novembre 2023 - par Info Haute-Vienne
Glyphosate : c'est reparti pour dix ans !
Les dangers du glyphosate sur la santé des agriculteurs comme celle des consommateurs divisent

Jeudi dernier, la Commission européenne a renouvelé l'autorisation du glyphosate pour 10 ans dans les 27 pays de l'UE, et ce, malgré les vives oppositions de scientifiques, d'organisations environnementales, et de l'association UFC-Que Choisir, mais à la plus grande satisfaction de la FNSEA.

Alors que le Centre international de recherche sur le cancer a classé dès 2015 le glyphosate comme cancérogène probable et que l'INSERM a également alerté sur l'impact sanitaire désastreux de celui-ci, la Commission européenne a réautorisé son utilisation pour... 10 ans.

Dangerosité 

Bien que cette substance présente dans le Roundup (Monsanto/Bayer), pesticide le plus vendu au monde, a reçu cet été le feu vert de l'EFSA, autorité européenne de sécurité des aliments, « cet avis ne saurait être considéré comme reposant sur de solides bases scientifiques. Au-delà de la prise en considération ''d'études'' directement financées par les professionnels, l'autorité semble avoir laissé de côté toute une série d'analyses scientifiques prouvant la dangerosité de l'herbicide. Si elle a été démontrée à de multiples reprises, notamment pour les utilisateurs tels que les agriculteurs et les jardiniers, une récente étude américaine1 particulièrement inquiétante a relevé, pour la population générale, un risque accru de dégâts neurologiques comme la maladie d'Alzheimer, de Parkinson ou la sclérose en plaques, en cas de forte exposition via l'alimentation », explique l'UFC-Que Choisir Haute-Vienne.

Déjà en 2021

Alors qu'Emmanuel Macron s'était engagé à sortir du glyphosate en France « au plus tard » début 2021, force est de constater qu'il n'a pas tenu sa promesse. Si la France s'était fermement opposée au renouvellement de l'autorisation en 2017, elle s'est simplement abstenue il y a quelques semaines lors du premier vote européen. Jeudi 16 novembre était « une opportunité historique de rectifier le tir [pour] nos décideurs et les autres États membres. Les consommateurs français n'accepteront pas une nouvelle volte-face du Président de la République », arguait l'association en amont du vote.

Déjà en 2021, la société civile, dont l'UFC-Que Choisir, s'était mobilisée contre une telle réautorisation. La pétition alors lancée avec d'autres ONG, demandant l'interdiction européenne de cet herbicide, avait été signée par plus de 600 000 Français.

FNSEA satisfaite

Dans un communiqué, la FNSEA « salue la décision de la commission qui a fait le choix du respect de la science en s'appuyant sur l'avis de l'EFSA. Elle a suppléé à l'incapacité et à l'absence de courage politique des États membres pour trouver une majorité qualifiée sur un dossier que de trop nombreux acteurs politiques et associatifs ont voulu transformer en marqueur de la transition écologique ».

Pour le syndicat agricole, « ce choix va permettre de donner de la visibilité aux agriculteurs et permettra à tous ceux qui sont engagés dans des techniques agronomiques vertueuses de poursuivre cette voie en termes d'agroécologie car ils auraient été confrontés à une totale absence d'alternative en cas d'interdiction ».

Dans une optique plus politique, la FNSEA interpelle le Gouvernement : « La balle est maintenant dans le camp de la France, qui a fait le choix de l'abstention plutôt que de s'appuyer sur la science, pour définir dans notre pays les conditions d'application de cette décision », en demandant à Élisabeth Borne, la Première Ministre, de mettre en application ce qu'elle avait déclaré lors du dernier salon de l'agriculture : « En matière de produits phytosanitaires, nous respecterons désormais le cadre européen et rien que le cadre européen ».

1 Association between urinary glyphosate levels and serum neurofilament light chain in a representative sample of US adults : NHANES 2013 - 2014 -An-Ming Yang, Pei-Lun Chu, ChiKang Wang & Chien-Yu Lin -Journal of Exposure Science & Environmental Epidemiology -Septembre 2023.

0 commentaires
Envoyer un commentaire