Limoges 24° C
lundi 17 juin

Disparités géographiques de l'offre médico-sociale et sanitaire pour les personnes âgées (dossier spécial seniors)

07h00 - 15 octobre 2023 - par Info Haute-Vienne
Disparités géographiques de l'offre médico-sociale et sanitaire pour les personnes âgées (dossier spécial seniors)
En 2019, 515 000 professionnelles travaillaient dans le secteur sanitaire ou médico-social de l'accompagnement des personnes âgées

La DREES et l'Institut des politiques publiques (IPP) ont publié une étude qui mesure l'accessibilité géographique à l'offre médico-sociale et sanitaire pour les personnes âgées en France métropolitaine en 2019.

Les personnes sélectionnées pour cette étude sont des professionnelles1 issues des secteurs médico-social ou sanitaire. Elles exercent un accompagnement auprès des personnes âgées pour les aider dans leur quotidien : aide au ménage, à la préparation et à la prise des repas, à la toilette, à l'habillement, au déplacement, etc. En 2019, 515 000 professionnelles (en équivalent temps plein - ETP) travaillent dans le secteur sanitaire ou médico-social de l'accompagnement des personnes âgées en France métropolitaine2. Parmi elles, un peu plus de la moitié (262 000 ETP) exercent en établissement : établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), établissements d'hébergement pour personnes âgées (EHPA) non Ehpad, unités de soins de longue durée (USLD), centres d'accueil de jour, soins de suite et de réadaptation (SSR) ou encore résidences autonomie.

Une répartition variable de l'offre totale sur le territoire métropolitain

En moyenne, 3 267 ETP exercent à moins de 60 minutes du domicile pour 100 000 personnes âgées de 60 ans ou plus. L'accessibilité géographique à l'offre totale n'est pas homogène sur le territoire métropolitain. L'accessibilité géographique est plus faible dans les régions autour de l'Île-de-France (Oise, Seine-Maritime, Eure, Orne, Eure-et-Loir, Sarthe, Loir-et-Cher), tout comme dans les régions montagneuses (Alpes, Pyrénées, Vosges, Jura) et le Grand Est. Le reste de la France bénéficie d'une offre plus accessible : les zones de faible accessibilité géographique y sont dispersées et de taille réduite.

Une spécialisation des territoires vers le domicile ou l'établissement

Les différences sont plus marquées selon le lieu de prise en charge. Une forte complémentarité existe en effet entre l'accessibilité géographique à l'offre en établissement et à l'offre à domicile. Les communes de la moitié sud, ainsi que celles proches des frontières du Nord, ont une accessibilité géographique aux aides à domicile plus élevée, tandis que les communes de Bretagne, des Pays de la Loire et celles se situant à l'intérieur des terres sont plus fortement accessibles à l'offre en établissement. Entre les deux, se trouvent des communes sans spécialisation ou avec une offre plus accessible dans le secteur sanitaire à domicile (infirmières, services de soins infirmiers à domicile, hospitalisation à domicile). Les résidences autonomie ont un schéma distinct : l'offre y est particulièrement accessible géographiquement en Normandie, en Île-de-France et dans les Pays de la Loire.

Le territoire est également marqué par une spécialisation public-privé

Selon le lieu, l'offre peut être quasi exclusivement privée ou quasi exclusivement publique. Il apparaît de grandes zones dont l'accessibilité à l'offre est essentiellement liée à de l'offre privée lucrative, comme le la zone du pourtour méditerranéen, en Île-de-France, en Corse, dans les régions des Alpes et des Pyrénées ou dans le Nord-Est, et d'autres où l'offre est essentiellement publique comme en Bretagne, dans les Pays de la Loire, en Normandie ou dans le centre de la France. Certains départements se distinguent et ne suivent pas le schéma de leurs voisins, comme les Landes, le Haut-Rhin, la Somme où l'offre est majoritairement publique et la Loire-Atlantique, le Calvados, la Vienne, l'Indre-et-Loire où l'offre est majoritairement privée.

1 Les professionnelles de la prise en charge des personnes âgées à domicile ou en établissement en perte d'autonomie sont accordées au féminin car elles désignent une très nette majorité de femmes.

2 Ce chiffrage est différent de celui présenté par le rapport Libault (2019) notamment parce qu'il exclut les soins médicaux et les aides de confort.

0 commentaires
Envoyer un commentaire