Limoges 20° C
dimanche 19 mai

Sur les pas de Claude Michelet, " écriveur paysan " 

07h00 - 29 septembre 2023 - par Info Haute-Vienne
Sur les pas de Claude Michelet,

Samedi 14 octobre à Isle, une rencontre sur le thème de l'avenir de l'agriculture familiale.

Il se disait, humblement, " écriveur " plutôt qu'écrivain. " Raconteur ", dans la tradition des " griots " ruraux qui, à la lumière des feux qui crépitaient dans les cheminées, enchantaient les veillées à une époque où les téléviseurs ne squattaient pas les salons.

    Fils d'un grand résistant, déporté à Dachau, et ministre de De Gaulle, Claude Michelet opta très vite pour une vie d'agriculteur. Agriculteur le jour, et, la nuit venue, il s'inspirait d'un monde auquel il se sentait viscéralement appartenir pour le restituer sur le papier. Une élégance d'autant plus nécessaire qu'il sentait peser de lourdes menaces sur un mode de vie respectueux de la flore, de la faune, des sols et du rythme des saisons : une agriculture traditionnelle, familiale, en harmonie avec la terre nourricière.

    Dès La terre qui demeure, son premier roman, publié en 1965 chez Robert-Laffont, il planta le décor, célébrant les " anciens " et fustigeant une dérive encouragée par les gouvernants, suicidaire, abandonnée aux chantres d'une standardisation et d'un productivisme aveugles, irraisonnés.

    Des grives aux loups à L'appel des engoulevents, les Vialhe, paysans corréziens, entrèrent dans le paysage sentimental de la France rurale. Pendant des siècles, du néolithique à l'agronomie triomphante des années 50, ces hommes et ces femmes, par leur labeur, leur intelligence et leur fidélité au sol natal, ont construit et maintenu un espace à leur mesure. Ils ont fait de leur territoire, et au-delà de leur pays, le plus beau jardin nourricier du monde.

    En des temps de démesure qui généraient et programmaient insidieusement la mort de la paysannerie, prenant, sur le vif, la mesure du drame qui se nouait, Claude Michelet s'obligea à dresser un état des lieux sous la forme d'une saga millénaire d'un peuple et d'une civilisation, un hymne à nos campagnes délivré en 1996 dans Histoires des paysans de France : dix-sept récits enracinés dans la vie d'une époque, de la cueillette préhistorique à la charrue médiévale et du tracteur aux directives de Bruxelles.

    Cette grappe d'histoires composant le roman vrai de la nature et des hommes qui l'ont façonnée a inspiré Nicole Velche, femme de théâtre (cf. son adaptation de La passe imaginaire de Grisélidis Real), qui a su motiver et mobiliser une équipe de l'association des " Amis de Robert Margerit " sur un projet d'actualité, axé sur l'avenir de l'agriculture familiale chère à Claude Michelet.

   Sous la forme d'une lecture théâtralisée, ce travail, conduit avec Isabelle Verneuil, Jean Péchenart, Yann Karaquillo et Benoît Ribière, sera présenté le samedi 14 octobre au centre culturel d'Isle, au coeur d'un hommage à " l'écriveur-paysan", décliné à partir de 15 heures en trois parties : La vie et l'oeuvre de Claude Michelet, évoquées par Jean-Michel Valade, Jean-Guy Soumy et Mireille Michelet-Le Chevalier ; Lecture théâtralisée d'extraits de Histoires des paysans de France ; Table-ronde sur " Quel avenir pour l'agriculture familiale et traditionnelle ", animée par Max Delpérié, avec Jean-Michel Valade, Clara Lasternas, Jordan Sabourdy, Jean Tronchet, Jean Mathieu, et la participation de Christophe Auboueix, Anouck Maugrion-Durupt et d'étudiants du lycée agricole des Vaseix.

En sus, présentation et dégustation de produits " maison " de la boutique du lycée des Vaseix. Accès libre. Contact : 05.55.05.08.77 – contact@robert-margerit.com

0 commentaires
Envoyer un commentaire