Limoges 26° C
mercredi 24 juillet

L'assurance dépendance : une solution pour les petits revenus (Dossier spécial seniors)

07h00 - 26 mars 2023 - par Info Haute-Vienne
L'assurance dépendance : une solution pour les petits revenus (Dossier spécial seniors)
L'habillement, la toilette, le lever et le coucher, la capacité ou non à préparer les repas, la mobilité... : de nombreux critères doivent être évalués (© photographee.eu/AdobeStock)

L'assurance dépendance permet de percevoir une rente en cas de perte d'autonomie. Une bonne solution pour financer les dépenses liées à la dépendance quand on dispose d'une petite retraite.

À 30, 40 ou 50 ans, on ne pense pas forcément au grand âge. Mais c'est notre lot à tous de vieillir. Or, le vieillissement peut devenir synonyme de perte d'autonomie et de difficultés à accomplir les gestes du quotidien. Et dans ce cas, comment financer les dépenses liées au maintien à domicile ou à l'hébergement en maison de retraite ?

Si vos moyens vous le permettent, le meilleur parti est de constituer un capital en biens immobiliers ou en produits financiers (assurance-vie, livrets d'épargne, etc.). Mais lorsque l'on n'a pas les revenus nécessaires pour accumuler une épargne personnelle suffisante, la souscription à une assurance dépendance peut être une solution pour compléter une petite pension de retraite en cas de perte d'autonomie.

Désormais, les mutuelles, les compagnies d'assurance et les banques proposent de nombreux produits. Mais comment choisir le meilleur contrat ? On vous explique tout.

Comment ça marche ?

L'assurance dépendance est, en quelque sorte, un pari sur l'avenir en supposant que vous serez un jour en perte d'autonomie et qu'il faudra financer une aide quotidienne à domicile pour effectuer les gestes de la vie courante, une adaptation de votre logement ou encore un hébergement dans une maison spécialisée pour personnes âgées.

Premier point à noter, l'assurance dépendance est un contrat à fonds perdu. Autrement dit, si par chance vous restez en pleine autonomie jusqu'à la fin de votre vie, vous ne percevrez rien. En outre, les sommes versées ne vous seront pas restituées, ni à vos héritiers.

En revanche, le montant de vos cotisations et, en contrepartie, de la rente que vous percevrez sera déterminé dès votre adhésion au contrat et versé à partir du moment où la dépendance partielle ou totale sera dûment constatée avec, en général, un délai de carence de 3 mois minimum.

Les critères

Globalement, les tarifs des contrats d'assurance dépendance sont assez similaires. Gardez surtout en mémoire que plus vous cotisez tôt, moins les mensualités seront élevées.

Avant de souscrire, attachez-vous à vérifier certains critères : Comment la cotisation évolue-t-elle en fonction de l'âge du souscripteur ? Comment le niveau de dépendance est-il calculé ? Y a-t-il versement d'un capital ? Quelles sont les formalités à accomplir pour activer le contrat ? Y a-t-il une franchise ? Quel est le délai de carence ? Le contrat prévoit-il des garanties complémentaires pour l'assistance au maintien à domicile ?

Établir la dépendance

L'établissement de l'état de dépendance est bien sûr un élément clé du contrat. Il peut être réalisé par votre médecin traitant ou par un médecin-conseil désigné par l'organisme auprès duquel vous avez souscrit votre contrat. Dans le second cas, cela peut poser question sur l'indépendance du praticien vis-à-vis de l'organisme qui fait appel à ses services. En règle générale, c'est l'assureur qui détermine le degré de dépendance et donc le moment où le contrat sera activé. Les compagnies peuvent s'appuyer sur la grille AGGIR (autonomie gérontologie groupe iso-ressources) élaborée par l'État qui permet d'établir le niveau du GIR échelonné de 1 à 6 en fonction de la perte d'autonomie partielle ou totale. L'habillement, la toilette, le lever et le coucher, la capacité ou non à préparer les repas, la mobilité... : de nombreux critères doivent être évalués.

Pour les personnes qui souscrivent au-delà de l'âge de 50 ans, la plupart des organismes exigent un questionnaire de santé complet. Elles fixent également un âge limite au-delà duquel il n'est plus possible de souscrire. Il varie entre 70 et 77 ans.

0 commentaires
Envoyer un commentaire