Limoges 3° C
samedi 27 novembre

Jean-Noël Chambon : "Nous avons accueilli 8 000 personnes et distribué 900 000 repas"

20h20 - 15 novembre 2021
Jean-Noël Chambon :
- ©

Pourquoi avoir choisi d'être bénévole aux Restos du cœur ?

J'étais à la retraite depuis 2010 et je voulais aider les autres. Je ne connaissais pas spécialement les Restos du cœur au-delà des émissions télé, des concerts et de Coluche : j'ai découvert l'association lors d'un forum à Saint-Junien en septembre 2017. Nous nous sommes inscrits en couple, avec Joëlle, mon épouse, qui est actuellement référente départementale pour la communication. Les Restos du cœur sont les seuls qui donnent tout gratuitement : aucun argent circule.

Quel est votre parcours au sein des Restos du cœur ?

J'ai été " simple " bénévole puis j'ai été nommé animateur du centre des Restos du cœur de Saint-Junien, où j'habite. J'étais donc le responsable du centre : je gérais les stocks, la distribution ainsi que toutes les autres activités. Depuis décembre 2020, j'étais vice-président départemental. Alain Depuichaffray, l'ancien président sachant que son mandat arrivait à terme, est venu " me chercher ". Comme nous avions d'excellents rapports, il a réussi à me faire " venir jusqu'à Limoges " ! J'ai presque accepté pour lui et je me positionne d'ailleurs dans la continuité de ce qu'il avait entamé, en étant toujours à l'écoute des personnes accueillies. C'est un poste à hautes responsabilités avec, en Haute-Vienne, 8 000 personnes accueillies et 900 000 repas distribués l'année dernière. Sans oublier les autres activités : aide à la personne avec des microcrédits, accompagnement pour la recherche d'emploi, accès au droit et à la santé, atelier de français, d'informatique, départ en vacances...

Avec la crise sanitaire qui s'est transformée en crise économique, les associations caritatives ont joué un rôle important. Qu'en est-il pour les Restos ?

Nous avons toujours essayé de nous adapter sachant qu'une centaine de bénévoles sur les 400 n'ont pas pu venir lors de la première période COVID, mais heureusement une grosse cinquantaine est revenue. Aucun centre des Restos n'a fermé : nous sommes restés ouverts en modifiant nos modalités de distribution (colis livrés à domicile). L'année dernière, nous avons enregistré une recrudescence de demandes (+20 %) notamment des étudiants jusqu'en octobre 2020, ainsi que des familles monoparentales et des femmes seules. Aujourd'hui, nous veillons à ce que nos 18 centres, qui maillent la Haute-Vienne, fonctionnent bien.

Quels sont les chantiers que vous souhaitez poursuivre ou entamer ?

Comme les distributions normales accompagnées ont pu recommencer, il est bien que les personnes puissent avoir le choix. Par ailleurs, nous avons une forte demande de cours de français, ainsi nous avons ouvert un atelier à Saint-Junien et à Limoges rue des Places. D'un point de vue logistique, il était nécessaire d'augmenter la surface des bureaux au siège rue du Chinchauvaud et de l'entrepôt (+300m2), car face à des besoins croissants, nous avons davantage de denrées à stocker et du non-alimentaire (hygiène, masques, gel...).

Lors de vos débuts aux Restos et encore maintenant, qu'est-ce qui vous a le plus marqué ?

J'ai été et je suis marqué par les besoins, par les personnes accueillies qui sont pour beaucoup des familles monoparentales, des jeunes de moins de 25 ans. Je ne me doutais pas d'une telle situation. Je ne pensais pas qu'il y avait une telle pauvreté en milieu rural. Aujourd'hui, j'ai davantage d'empathie... D'une façon plus positive, on peut aussi dire que j'ai été touché par de belles rencontres.

0 commentaires
Envoyer un commentaire