Limoges 6° C
vendredi 04 décembre

Le barrage fait (p)eau neuve

08h00 - 31 octobre 2020
Le barrage fait (p)eau neuve
La dernière vidange du site avait eu lieu en 1999 - ©

Limoges Métropole a procédé à la vidange complète de la retenue de Beaune 2. Une visite de chantier a eu lieu en présence de Guillaume Guérin, le président, et Philippe Janicot, le vice-président en charge du cycle de l'eau.

La retenue de Beaune 2 sur la Mazelle, située à Limoges, d'une capacité de stockage de 1,8 million de m3 fournit habituellement entre 20 % à 30 % des besoins en eaux brutes de Limoges Métropole (2019 : 32 %). C'est la deuxième ressource en eau en ordre d'importance. La dernière vidange du site avait eu lieu en 1999. Une inspection par plongeurs spécialisés s'était déroulée en 2009.

Objectifs

L'actuelle vidange vise à réaliser l'inspection technique complète du barrage (22 mètres de hauteur), et des opérations de maintenance hydrauliques essentielles à la sécurité de celui-ci : remplacer une vanne de fond, sécuriser un éperon rocheux sur la berge à proximité du passage des eaux de vidange.

Son but est également de préserver la qualité de la ressource en eau en réalisant un curage localisé des sédiments naturellement déposés dans la retenue depuis sa création en 1959, afin de lutter contre le comblement naturel de la retenue et, à termes, son eutrophisation.

Il s'agit d'enlever les sédiments les plus riches en matières organiques, notamment en phosphore, responsables du développement en saison chaude de micro-algues ou cyanobactéries (phénomène croissant partout en France et dans le monde). Après 60 ans d'existence, c'est la première opération de curage entreprise.

Le montant de l'opération, entièrement financée par Limoges Métropole, est de 533.000€ TTC.

Calendrier

Durant ce mois d'octobre, la vidange complète de la retenue a été effectuée. Le choix d'un abaissement précoce de la retenue pour une vidange en fin de période estivale a permis de bénéficier d'une période favorable pour le curage, et de limiter le ruissellement et l'entraînement de sédiments des zones dénoyés et fraîchement curées, du fait de la faible pluviométrie. Le temps sec et chaud a également facilité l'égouttage des sols et donc les travaux de terrassement et le transport des matériaux de curage qui notamment perdent 30 % de leur volume en séchant.

Le 8 octobre, une pêche de sauvegarde des poissons par un pisciculteur agréé par l'État a eu lieu. En effet, l'opération de vidange du barrage est suivie par l'Office Français de la Biodiversité et la Fédération de la Pêche de la Haute-Vienne.

Concernant l'opération de pêche, sur l'ensemble, 540kg d'espèces sanitairement viables et « nobles » (brochets, sandres, carpes...) ont pu être capturées et relâchées dans des cours d'eau classés « eaux libres », avec la participation de la Fédération de Pêche de la Haute-Vienne.
La présence de poisson au sein de la retenue est le fruit d'un peuplement naturel issu du bassin-versant et des étangs amont. Les retenues d'eaux dédiées à la consommation humaines ne font pas l'objet d'empoissonnement après remise en eau, la pêche y étant interdite ainsi que tout accès du public dans le périmètre de protection immédiat.

En octobre et novembre, se dérouleront des travaux de remplacement de la vanne au fond de l'ouvrage, inspection complète de contrôle du barrage, travaux d'entretien de maçonnerie, et inspection « à vide » par le bureau d'études agrée barrage pour renseigner les obligations réglementaires d'un ouvrage de classe B.

Enfin, courant novembre, la retenue sera fermée et remise en eau, en vue de la reconstitution du stockage d'eaux brutes par les pluies hivernales.

0 commentaires
Envoyer un commentaire