Limoges 18° C
jeudi 28 octobre

La Région Nouvelle-Aquitaine soutient Haïti

14h00 - 14 octobre 2021
La Région Nouvelle-Aquitaine soutient Haïti
Durant leur intervention à Haïti, les PUI ont pratiqué un accouchement particulièrement difficile mais la maman et le bébé vont bien - ©

Les élus du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine se sont réunis pour une commission permanente spéciale réservée aux représentations du Conseil régional dans les organismes extérieurs mais également à la coopération internationale avec une aide d'urgence votée en soutien à Haïti suite au séisme du mois d'août dernier.

En effet, alors que Haïti traverse déjà une grave crise politique, sociale et économique, un séisme de magnitude 7,2 a ravagé le sud-ouest de l'île le samedi 14 août. Le bilan est lourd avec le décès d'au moins 2 200 personnes, près de 350 disparus et plus de 12 200 blessés. Ces chiffres devraient malheureusement encore évoluer.

Près de 61 000 maisons ont ainsi été détruites, et plus de 76 000 ont été endommagées. De nombreux bâtiments publics (hôpitaux, écoles, hôtels, églises, entreprises privées, etc.) ont été touchés ou se sont effondrés. 24 établissements de santé ont été endommagés ou détruits par le séisme. De nombreux hôpitaux ont dû évacuer leurs patients, et les établissements qui continuent de fonctionner sont débordés et manquent d'équipements médicaux et de médicaments. En tout, près de 600 000 personnes ont été affectées dans les trois départements.

Face à cette catastrophe sans précédent, la solidarité internationale s'est rapidement mise en place avec l'envoi de matériels et d'équipes. Des ONG d'urgence de Nouvelle-Aquitaine, Pompiers de l'Urgence Internationale (PUI) et Télécoms Sans Frontières, ont participé à cette mobilisation en envoyant sur place du personnel spécialisé et du matériel de secours.

Compte tenu de son engagement depuis de nombreuses années en Haïti, la Région soutient les opérations engagées par ces ONG d'urgence en leur accordant une subvention de 31 000 € dont 11 000 € à PUI (Limoges) et 20 000 € à Télécoms Sans Frontières (Pau).

Dans le même temps, des discussions sont engagées avec le centre de crise du ministère des Affaires Étrangères, Cité Unies France et les partenaires régionaux intervenant sur place - en lien avec les ONG haïtiennes - pour la gestion de la post-crise et des conséquences de la catastrophe.

0 commentaires
Envoyer un commentaire