Limoges 14° C
dimanche 16 mai

Claire Micard : "S'inscrire dans la continuité en pérennisant les actions menées"

08h00 - 12 avril 2021
Claire Micard :
- ©

Depuis le mois de janvier 2021, avec un mandat d'un an, Claire Micard, âgée de 32 ans, est la nouvelle présidente de la Jeune Chambre Économique de Limoges.

Claire Micard, présentez-vous...

Même si je suis née à Limoges, je suis plutôt d'origine creusoise car je suis arrivée à 4 ans à Guéret, où j'ai suivi mes études jusqu'au bac, après lequel j'ai fait une prépa maths sup et maths spé. Puis, j'ai intégré l'École nationale des ponts et chaussées à Paris. Après plusieurs expériences en France et l'étranger, j'ai travaillé de 2012 à 2017 dans le développement de centres commerciaux, notamment en Allemagne, où je suis restée trois ans. Par la suite, j'ai souhaité revenir en Limousin pour rejoindre l'entreprise familiale qui est spécialisée dans la vente et la réparation de matériels agricoles. J'ai eu envie de suivre l'exemple de mes parents qui se sont largement investis dans leur travail mais qui ont aimé ce qu'ils faisaient. Je savais que j'avais beaucoup à apprendre d'eux. Et... les centres commerciaux n'étaient plus en adéquation avec mes valeurs. J'ai alors réorienté mon parcours professionnel. Aujourd'hui, je suis responsable des systèmes informatiques au sein de l'entreprise familiale.

Pourquoi avoir été candidate à la présidence de la Jeune Chambre Économique de Limoges ?

La raison de la Jeune Chambre Économique est d'inciter ses membres à prendre des responsabilités, d'où des mandats d'un an tant à l'échelon local et national qu'international afin de transmettre ce que l'on a appris. Je suis membre de la JCE depuis 2018 et jusqu'à l'année dernière, j'étais secrétaire au sein du bureau. La présidence va me permettre d'appréhender la Jeune Chambre sous un autre angle en découvrant les rouages des divers niveaux. Cela va également m'offrir l'opportunité d'acquérir une expérience de " management associatif " qui est différent de celui en entreprise.

Quels sont les projets de la JCE de Limoges ?

Dans le mois à venir, nous aurons bouclé le financement de 100 000 € du At'Home Bus, qui répond à deux enjeux du territoire : le vieillissement de la population et la raréfaction des ressources médicales. Nous allons démarrer la phase opérationnelle avec l'aménagement du bus. Puis, nous entrerons dans une phase de transmission à des partenaires, à d'autres acteurs. Nous sommes actuellement en pourparlers avec une communauté de communes. Le deuxième projet concerne la mise en valeur de l'esprit critique comme une " compétence douce ", c'est-à-dire une compétence non-technique, liée au savoir-être. Face aux fake news, aux réseaux sociaux, les citoyens comme les salariés ont besoin d'avoir l'esprit critique. La forme de ce projet est encore en discussion, peut-être organiserons-nous une journée de conférences avec de multiples partenaires.

Comment vous inscrivez-vous dans cette année de mandature ?

Notre motivation avec le bureau est de s'inscrire dans la continuité des années précédentes, avec la pérennisation des actions menées. Durant cette période particulière, qui nous met à rude épreuve, il est important de maintenir du lien à la fois entre les membres de la Jeune Chambre ainsi qu'entre la Jeune Chambre et son écosystème.

La crise sanitaire a-t-elle eu des répercussions sur la JCE de Limoges ?

Outre des liens interpersonnels entre les membres, la Jeune Chambre de Limoges disposait déjà d'outils comme les visioconférences et les plateformes de travail collaboratif pour animer de façon tout aussi interactive les réunions mensuelles et l'assemblée générale. Les deux événements, organisés tous les ans par la Jeune Chambre Économique Française, n'ont pas pu avoir lieu en 2020. Aussi, les programmes de conférences et de formations se sont déroulés en dématérialisé. L'association a maintenu ses activités malgré la crise sanitaire faisant force d'adaptabilité face aux contraintes.

0 commentaires
Envoyer un commentaire