Limoges 29° C
dimanche 13 juin

Dominique Renaudie

08h30 - 10 mars 2021
Dominique Renaudie
« Un bien vendu au bon prix peut l'être en 24 heures » - ©

Dominique Renaudie, le président de l'Observatoire de l'immobilier de la Haute-Vienne, nous annonce les résultats de cette étude menée en 2020, et les premières tendances pour 2021.

Quel bilan dressent les professionnels de l'immobilier pour 2020 ?

2020 a été une année particulière avec un marché immobilier qui a plutôt bien résisté. En Haute-Vienne, 2019 avait été une année record dans l'ancien avec 8 766 ventes. L'an passé, ce chiffre a été de 8 614 (soit -2 %). Nous ne nous y attendions pas car il y avait déjà un peu de tension sur les stocks. Il faut ajouter la vente de 850 maisons neuves et 160 appartements neufs, dont les transactions pour ces derniers ont accusé un recul de 18 % à l'échelon français et 8 % au niveau départemental.

Pendant le premier confinement, comme nous ne pouvions pas organiser de visites, les ventes ont clairement baissé. Mais après chaque période de confinement au printemps et à l'automne, tous les cabinets immobiliers ont eu un surcroît de demandes, ce qui a rattrapé la chute des premiers mois de 2020.

Comment ont évolué les prix ?

Nous avons enregistré une hausse des prix, qui s'avère moins marquée dans les villes de taille intermédiaire comme Limoges. Pour un appartement neuf, il faut compter 3 000 à 3 500 €/m2 et 1 400 €/m2 dans l'ancien, avec toutefois de fortes disparités. Pour les locations dans l'ancien, l'augmentation est de 10 à 11 % suivant les surfaces.

Qu'est-ce qui, selon vous, a motivé les futurs propriétaires ?

Outre des taux d'intérêt extrêmement bas et attractifs, entre 0,5 % et 1 % sur 25 ans, nous avons constaté que les acheteurs avaient envie de se mettre au « vert », de nature, d'un jardin... et ce, en Haute-Vienne comme sur tout le territoire national. De plus, en cette période de crise sanitaire, il n'y a plus de projet de voyage, de loisirs : l'immobilier est le seul projet qu'il est possible de mener à bien. Par un jeu des vases communicants, le budget voyage/loisirs a été transféré sur celui des projets immobiliers, qui se sont étoffés en termes de qualité, de confort. Par exemple, les cahiers de commandes des piscinistes sont pleins.

Quel type de logement se vend le mieux ?

Pour une habitation principale, le produit phare est la maison de ville T4/T5 à l'architecture des années 30 avec un jardin ou une maison contemporaine avec un accès direct au jardin en première couronne de Limoges. Les appartements récents avec de grands balcons sont également recherchés. Il faut savoir qu'un bien vendu au bon prix peut l'être en 24 heures.

Pour un investissement locatif, la petite surface située de surcroît dans un immeuble de rapport est privilégiée.

Le délai d'écoulement des stocks est rapide et surprenant : une telle période n'a jamais été recensée ni par rapports, ni par témoignages.

Quelles sont les perspectives pour 2021 ?

2021 démarre sur les mêmes tendances que 2020. Les agents immobiliers réalisent de nombreuses recherches afin de « rentrer » des mandats de vente. À titre personnel, je dois avouer que j'ai peu de visibilité. Que se passera-t-il à la sortie de cette crise sanitaire et économique ? Si le chômage est élevé, cela aura-t-il un impact sur l'immobilier ? L'immobilier locatif peut être vu comme une épargne avec des remboursements de l'emprunt par les loyers. Qu'en est-il de la possibilité de la taxation de l'épargne ? Ce qui est certain, c'est que la pierre demeure une valeur refuge.

0 commentaires
Envoyer un commentaire